Elle a créé un annuaire des magasins bio

Publié le Publié dans Actus

Karine Le Corre développe un annuaire national d'enseignes et de produits bio.

En 2009, Karine Le Corre a créé son site internet bioetbienetre.fr, qu’elle va développer avec un annuaire de produits naturels. Une idée venue avec la naissance de sa fille.

« J’étais attirée par tout ce qui était bio. À la naissance de ma fille, en 2004, c’est devenu une question essentielle, mais j’avais du mal à trouver des adresses d’enseignes, raconte Karine Le Corre. Mon idée était claire : je voulais créer un annuaire national de magasins proposant à plus de 50 % des produits bio ou écolos ».

Commerciale, la trentenaire mûrit son projet, constitue peu à peu son listing de professionnels. En 2009, elle saute le pas et se lance à son compte, sous le statut d’entreprise individuelle. Son site internet, www.bioetbienetre.fr est mis en ligne. Karine Le Corre s’attache en priorité à son référencement sur internet, « essentiel pour que le site fonctionne et soit connu », enrichit son annuaire, se fait connaître lors de salons bio et bien-être.

« Mon but est de réunir un maximum de professionnels et que ça soit utile à l’internaute », souligne la pétillante chef d’entreprise. Basée à Questembert, elle vient de déménager à Riantec. L’inscription des professionnels est payante, ou gratuite en échange de la présence du lien bioetbienetre.fr sur leur propre site. Aujourd’hui, « la mayonnaise a pris. J’ai dépassé les 55 000 internautes par mois, ce qui est plutôt bien en deux ans et plus de 7 500 professionnels sont référencés (dans divers domaines : alimentation, transport, vêtement, beauté, maison, etc.) », précise-t-elle.

Nouveau challenge

Début 2011, Karine Le Corre va étoffer son site, construit avec une entreprise vannetaise et son mari, graphiste. « Il y aura une nouvelle interface et un annuaire de produits », annonce-t-elle. Si on veut par exemple des couches lavables, on pourra taper ce mot-clé et obtenir la liste des magasins proches de chez soi qui en proposent.

« Souvent, quand on cherche un produit bio sur internet, l’enseigne qui le commercialise est loin du domicile de l’internaute, remarque la Morbihannaise. Le challenge est que ce dernier trouve son produit près de chez lui, pour limiter les émissions de C02 et favoriser le commerce local ou la vente directe ».

Son site dégage un chiffre d’affaires de 15 000 € et elle mise sur 70 000 € l’an prochain, avec l’embauche d’une personne pour déléguer la partie technique. « C’est un bébé que je porte depuis longtemps et que je veux faire connaître, explique-t-elle. Internet impose souvent de l’abstrait, moi je tiens à rester disponible ».

Article écrit par Christine BAUCHEREL Source Ouest-france.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *